Gravure et image imprimée

La gravure a historiquement servi à la diffusion des images. Les études en atelier de Gravure et image imprimée visent à l’acquisition d’un langage artistique personnel et novateur en adéquation avec la compréhension et la maîtrise des techniques suivantes : gravure sur bois et linogravure ; eau-forte, pointe-sèche, aquatinte ; sérigraphie ; lithographie, qui sont envisagées comme autant de moyens d’expression. Le monde actuel étant celui du multiple et de l’infiniment reproductible, la gravure, associée à des techniques récentes (sérigraphie, photogravure) et nouvelles (impression numérique et techniques encore en devenir), a un rôle particulier à jouer dans les champs de l’expression, de la production et de la diffusion. À l’ère de l’image virtuelle, l’image imprimée inspire comme jamais les créateurs, grâce à sa matérialité et sa tendance naturelle à réconcilier les techniques d’hier et de demain.

L’atelier de Gravure et image imprimée se situe au croisement de pratiques multiples et tire sa richesse de la diversité de ses étudiants. Chacun d’entre eux, par l’apprentissage et la maîtrise des techniques d’impression traditionnelles et contemporaines, sera amené à découvrir sa personnalité artistique propre. Une équipe d’enseignants, aux compétences techniques éprouvées et/ou à la pratique artistique reconnue, soutiendra l’étudiant dans cet apprentissage, qui se doublera de l’acquisition d’un discours critique.

L’image imprimée est en perpétuelle réinvention. Par nature hybride, elle se distingue de la photographie par l’importance accordée au dessin ; de la peinture par son essence technologique. Son statut d’image différée place la réflexion au cœur du processus. L’écrit y devient forme et les frontières entre noble et vulgaire, singulier et multiple, œuvre et objet, s’estompent. Le créateur domine les moyens de production.

Au terme de son parcours académique, l’étudiant sera à même de poser des choix clairs quant à sa place dans le monde : assumer la solitude de l’explorateur ou la sociabilité de l’éditeur, arracher une place identifiable au sein du marché de l’art ou se mettre au service d’autres créateurs, etc. De lucidement se définir un avenir.

Coordination pédagogique :
Jean Pierre Muller, artiste, sérigraphe

prochain précédent
Gravure 1
Alizée Quitman, Master, vue d’installation, 2016
Gravure 2
Department of Subjective Archeology, Annihilation event, Lethaby Gallery, Londres, 2017
Gravure 3
Department of Subjective Archeology, Workshop La Cambre/KASKA - Anvers/CSM Londres, Bruxelles, 2016
Gravure 4
Julie Donck, Master, vue d’installation - Jury Master, 2016
Gravure 5
Léo François Luccioni, Master, Market - Jury Master, 2017
Gravure 6
Performance d’un jour, Tate Exchange, Londres, 2016